Assemblée Martinique News
Rechercher
Sujets
  Créer votre compte Accueil  ·  Sujets  ·  Téléchargements  ·  Votre compte  ·  Proposer un article  ·  Top 15  ·  Top Annuaire  
Menu
· Home
· Articles récents
· Exposition-Dossiers
· FAQ
· Suggestion
· Forum
· Liste des Membres
· Messages Privés
· Rechercher
· Archives
· Proposer un article
· Sondages
· Top 15
· Sujets d'actualité
· Annuaire de Sites Web Antillais
· Votre Compte

Qui est connecté ?
Il y a pour le moment 25 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

Rechercher


Sondage
Si vous aviez le choix, vous préféreriez vivre...

au Canada
en région parisienne
en Guyane Française
en province (France)
en Amérique du Sud (hors Guyane)
aux Antilles
en Afrique
à Londres
aux U.S.A
en Inde ou Asie
en Europe de l'Ouest (hors France)
Je suis bien là où je vis



Résultats
Sondages

Votes 2709

Régie Publicitaire



Annonces




Divers: Les naufragés du Djoola
Posté le 30 septembre 2002 à 19:14:47 CEST par Phil

Le Monde Le bilan du naufrage du Joola le 26 Septembre au large de la Gambie, ferry reliant Dakar à Ziguinchor en Casamance, Sénégal, s'alourdit chaque jour. Nul ne saurait dire en effet combien de victimes (plus de 1000 ?) ont péri dans cette catastrophe. Le deuil des Sénégalais a fait place à la colère et des comptes sont demandés aux pouvoirs publics.

Difficile en effet d'évaluer le nombre de victimes car l'achat des billets n'est pas nominatif sans compter les passagers sans billet. Le Sénégal n'a pu que compter par containers les cadavres.

"Le président, reconnaissant la "responsabilité de l'Etat", a indiqué qu'il attendait d'ici lundi soir les premiers résultats de l'enquête, concernant "les éléments techniques sur le bateau, les "réparations faites", les "conditions d'embarquement des passagers", "ce qui est arrivé en mer", "l'organisation des secours"...

Le navire, qui assurait la liaison entre la Casamance (sud du Sénégal) et Dakar, avait "un tirant d'eau trop faible", il était "trop haut, trop lent", avait aussi admis samedi M. Wade, sorti de la présidence pour calmer une foule en colère qui venait lui demander des comptes et réclamer la démission du ministre des Transports.

Il y a eu un "cumul de fautes" qui, ajoutées à une violente tempête, ont provoqué la catastrophe, avait estimé M. Wade. "

Les gens murmurent cependant que cette catastrophe s'apparente à un tribut payé par un pays empêtré dans une guerre civile avec la province de la Casamance. Des sécessionnistes depuis des années mènent une guérilla contre l'armée Sénégalaise, conflit qui s'enlise et cède parfois au banditisme, sans qu'aucun processus de paix ou de négociations n'ait pu être conduit par les différents présidents avec les rebelles.

Des saltiguis (sorte de devins traditionnels) avaient également prévenu les autorités pour qu'elles prennent des mesures pour résoudre la crise, les pouvoirs sénégalais passant outre leurs recommandations.

Si " à quelque chose malheur est bon", puisse cette catastrophe inviter le Sénégal à réfléchir à une trève et à la résolution du problème de la Casamance, pour résoudre un conflit sanglant, tombé dans les oubliettes médiatiques, au moment où la guerre civile semble reprendre en Côte d'Ivoire.

 
Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Vous pouvez vous inscrire
En tant que membre enregistré, vous pourrez participer et accéder à toutes les rubriques privées du site

Liens connexes
· Plus à propos de Le Monde
· Nouvelles transmises par Phil


L'article le plus lu à propos de Le Monde:
Commémoration en l'honneur d'Haïti (nou santim fiè)


Article Rating
Score en moyenne: 0
Votes: 0

Votez pour cet article:

Mauvais
Moyen
Bon
Très Bon
Excellent



Options

Format imprimable  Format imprimable

Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)


 

© 2002-2010 Assemblee Martinique.
Portail developpe en PHP (Nuke) sous licence GNU/GPL.