Assemblée Martinique News
Rechercher
Sujets
  Créer votre compte Accueil  ·  Sujets  ·  Téléchargements  ·  Votre compte  ·  Proposer un article  ·  Top 15  ·  Top Annuaire  
Menu
· Home
· Articles récents
· Exposition-Dossiers
· FAQ
· Suggestion
· Forum
· Liste des Membres
· Messages Privés
· Rechercher
· Archives
· Proposer un article
· Sondages
· Top 15
· Sujets d'actualité
· Annuaire de Sites Web Antillais
· Votre Compte

Qui est connecté ?
Il y a pour le moment 40 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

Rechercher


Sondage
Si vous aviez le choix, vous préféreriez vivre...

au Canada
en région parisienne
en Guyane Française
en province (France)
en Amérique du Sud (hors Guyane)
aux Antilles
en Afrique
à Londres
aux U.S.A
en Inde ou Asie
en Europe de l'Ouest (hors France)
Je suis bien là où je vis



Résultats
Sondages

Votes 2688

Madinina l'île aux fleurs : Mythes et rêves
Posté le 13 juin 2004 à 01:05:24 CEST par Phil

Martinique Madinina, île aux fleurs... De nombreux mythes sont rattachés aux noms de l'île de la Martinique, île aux fleurs, aux iguanes, île aux serpents, Petite Martine ou Madinina sans père.

Madinina - Madiana : la fleur

Le mot Madinina serait un nom donné par les Amérindiens, Kalinas du groupe Taïnos (Caraïbes), signifiant l'île aux Fleurs ou l'île riche en produits de la terre. On rencontre aussi une version similaire utilisant le nom Madiana, de même origine caraïbe, vantant également l'abondance naturelle de l'île en végétaux remarquables. Ce dernier nom se retrouve aussi dans des chansons (Kassav) et des lieux-dits (Schoelcher).

Gwanakaera : le reptile

Gwanakaéra, de même origine amérindienne, désigne cette fois la Martinique comme l'île aux iguanes, étant parmi les petites Antilles aussi l'une des rares à abriter des serpents mortels (Trigonocéphales). La représentation d'île aux reptiles se retrouve dans un symbole hiéraldique de la Martinique, créé pendant l'ère coloniale : le drapeau bleu avec les quatre serpents blancs.

Matinino : l'enfant

Toujours dans la piste caraïbe, le nom Matinino, le premier où on retrouve le son "T", aurait pour signification l'île à l'enfant sans père. Il se réfèrerait à la mythologie Taïno assurant l'existence d'une île imaginaire, où les enfants n'auraient pas de père. Ce mythe se rapproche de celui des Amazones, société matriarcale où des femmes-guerriers se coupaient le sein droit pour pouvoir mieux tirer à l'arc et tuaient leur progéniture mâle et celle de leurs ennemis.
On sait que ce mythe est étroitement lié au nom de la forêt d'Amérique du Sud (Amazonie) d'où sont originaires les Caraïbes. La notion de "matinino" est celle qui dépasse le plus les limites géographiques de l'île, faisant de la Martinique une des nombreuses matérialisations ou portes d'entrée de cette société mythique, où l'homme est banni, exterminé et où sa paternité est niée. Dans sa dimension, tout en s'y opposant, elle se rapproche ainsi du mythe de "El Dorado" des conquistadores, leur quête d'une contrée imaginaire où ils trouveraient la mystérieuse richesse et le paradis du Nouveau Monde.

Martinique : la Sainte

Des versions contradictoires donnent la paternité de ce nom à Christophe Colomb, qui au cours de son deuxième voyage en 1493, aurait baptisé ainsi l'île de la Martinique, apercue "de loin". Ce baptême serait lié à la date de cette vision, le 11 Novembre 1493, la fête de Saint-Martin. Martinica, ou Martinina (Petite Martine), serait le diminutif donnée à cette île où il ne débarquera finalement que lors de son quatrième voyage (1502).
Si cette version est retenue pour l'île de Saint Martin, si l'appelation Dominique pour l'île de la Dominique viendrait du débarquement de Colomb un dimanche (domingo), l'origine "post-colmbienne" du nom Martinique est moins évidente et ce nom résulte peut-être d'une européanisation des noms caraïbes évoqués précédemment.

Synthèse et inspiration

En l'absence de certitudes historiques sur ces différentes origines du nom de la Martinique (Madinina, Madiana, Matinino, Gwanakaéra, Martinica, Martinina...), tout un chacun peut ainsi rêver de l'une ou l'autre et exprimer sa préférence.

Une photographie peut repésenter enfin une synthèse de ces différents symboles, utilisant l'ananas (mot d'origine caraïbe) à la fois fleur méconnue et fruit de la terre, végétal aux écailles de reptile, fuyant dans la main d'un homme.

Madinina


 
Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Vous pouvez vous inscrire
En tant que membre enregistré, vous pourrez participer et accéder à toutes les rubriques privées du site

Liens connexes
· Amazon.com
· Plus à propos de Martinique
· Nouvelles transmises par Phil


L'article le plus lu à propos de Martinique:
Madinina l'île aux fleurs : Mythes et rêves


Article Rating
Score en moyenne: 3
Votes: 2


Votez pour cet article:

Mauvais
Moyen
Bon
Très Bon
Excellent



Options

Format imprimable  Format imprimable

Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)


 

© 2002-2010 Assemblee Martinique.
Portail developpe en PHP (Nuke) sous licence GNU/GPL.